Partager Partager

Stratégie d’adaptation : Chicago se prépare à une vague de chaleur… permanente

Un article du New York TImes, à lire...


Planifier le développement et les infrastructures d’une ville nécessite une vision pour les 50 prochaines années, et même plus. Or, basés sur les tendances actuelles, les climatologues prévoient que la « ville des vents », Chicago, aura un climat qui pourrait être similaire à Baton Rouge (Louisiane) avant la fin du siècle.
Aussi, la ville se prépare au changement climatique et à un avenir beaucoup plus pluvieux, humide et chaud.



Stratégie d’adaptation : Chicago se prépare à une vague de chaleur… permanente
Les voies publiques sont sur le point d’être refaites avec des matériaux perméables à l’eau. Le chêne blanc, symbole de l’État de l’Illinois, a été exclu des listes des plantations de la ville et remplacé par le chêne des marécages et le liquidambar (le « Sweet Gum Tree » du sud). Des radars thermiques sont utilisés afin de déterminer les îlots de chaleur, lesquels sont ciblés pour l’élimination de la chaussée de bitume et l’ajout de toits verts sur les immeubles. Et les climatiseurs sont à l’étude pour toutes les 750 écoles publiques qui, jusqu’à maintenant étaient chauffées, mais rarement refroidies.

Alors qu’à travers l’Amérique l’existence même des changements climatiques continue d’être contestée – en particulier par les conservateurs et des gens qui ne croient pas en la science, des urbanistes commencent à s’y préparer.



Ils ne sont pas les seuls. Le géant de la réassurance Swiss Re, par exemple, a dit (en ligne ici...) que si les communautés vivant le long des quatre États côtiers du Golfe ne mettent pas en place des stratégies d’adaptation, les dommages liés au changement climatique pourraient entraîner des hausses de dépenses de l’ordre de 65 %, à plus de 23 milliards de dollars par année.

« La société a besoin de réduire sa vulnérabilité aux risques climatiques, et aussi longtemps qu'ils restent gérables, ils restent assurables, ce qui est de notre intérêt aussi bien, » dit Mark D. Way, chef de développement durable de Swiss Re pour les Amériques.



Réal Trépanier
Lundi 23 Mai 2011



Nouveau commentaire :