Partager Partager

Des milliers d’Australiens manifestent en faveur d’une taxe sur le carbone

« Nos enfants le méritent bien »


Une semaine après la divulgation, par l’Agence internationale de l’énergie (AIE), de données alarmantes sur les émissions de CO2 en 2010 (en ligne ici…), des milliers d’Australiens ont manifesté dimanche en faveur d’une taxe sur les émissions de carbone responsables du réchauffement climatique.



« Fixez un prix sur le carbone – nos enfants le méritent bien », pouvait-on lire sur des banderoles à Sydney. Cette manifestation voulait faire contrepoids à l’opposition conservatrice qui nourrit la grogne parmi la population en suggérant qu’une telle mesure allait faire perdre des emplois, nuirait aux exportations et à l'économie. Le lobby anti-taxe carbone semble d’ailleurs marquer des points puisque selon les derniers sondages, une majorité de la population s’opposerait à une telle taxe (en ligne ici…)

Notons au passage que l’expérience concrète de la Suède, qui a implanté une taxe sur le carbone en 1991, vient contredire les sombres scénarios des opposants à une taxe carbone. Cette mesure, appliquée en Suède de façon responsable (réduction de la taxe aux entreprises exportatrices, par exemple), n’a en rien empêché la croissance de l’économie qui a augmenté de 48 % sur 20 ans pendant que les émissions de GES reculaient de 9 %. Même après 20 ans d'une telle taxe, la Suède a un PIB par habitant plus élevé que celui de l'Australie (48 840$ contre 43 770$, selon les données de la Banque Mondiale, en ligne ici... ).

Pour sa part le gouvernement australien propose une taxe sur les émissions de carbone à partir de 2012, laquelle devrait être remplacée 3 à 5 ans plus tard par un système de plafond et d’échange (cap & trade) visant les principaux émetteurs de CO2. Il s’agit là des deux  moyens les plus efficaces afin de réduire les émissions de GES : imposer aux utilisateurs d’énergies fossiles le coût réel des émissions polluantes et nuisibles qu’ils  causent en émettant dans l’atmosphère du CO2, selon le principe pollueur/payeur.

Cette démonstration publique suit également la publication d’un nouveau rapport du Ministre du changement climatique, Greg Combet, portant sur l’impact potentiel d’une hausse du niveau de la mer pouvant atteindre 1,1 mètre d’ici 2100. Comme dans un très grand nombre de pays, beaucoup d’infrastructures australiennes se retrouvent sur les côtes. Sont ainsi à risque, menacés par les inondations et l’érosion, entre 5 800 et 8600 immeubles commerciaux, entre 3700 et 6200 édifices industriels, entre 27 000 et 35 000 kilomètres de routes et de voies ferrées et jusqu’à 274 000 résidences. 

 
À ce seul chapitre, le coût de l’inaction relativement au changement climatique pourrait donc avoir un impact économique majeur, pour les Australiens, pouvant atteindre 266 milliards de dollars selon le rapport. Pour ramener ces chiffres à échelle humaine, cela représente un coût de 23 000 $ par travailleur (la population active compte 11,5 millions des 21,9 millions d’habitants), ou 29 % du PIB de 2009, soit l’ensemble de la richesse en biens et services créés cette année-là en Australie (données de la Banque Mondiale, en ligne ici… ).

Scénario alarmiste que ce « worst-case scenario »? Sans doute. Espérons-le. Personne ne sait avec certitude de combien le niveau des océans augmentera au cours des prochains 90 ans. Mais le fait que le niveau des océans a déjà commencé à augmenter et que cette hausse se poursuivra ne fait aucun doute. Cela touchera inévitablement une grande partie de la population et des infrastructures. Il s’agit là d’un risque économique majeur que tout gouvernement responsable devrait tenter de minimiser. Mais cela, les conservateurs (qui ont la prétention d’être les champions de l’économie) n’en parlent pas.



Réal Trépanier
Dimanche 5 Juin 2011




1.Posté par Nick le 02/09/2011 13:05
Chers Amis
Nous devons tous prendre conscience de l'importance de respecter la nature. Bien de gens ici en Floride , n'y comprennent rien et ne veulent rien faire. Je vois cependant de petits changements visible dans mon quartier....je vois les toits de maisons peinture en BLANC....je vois les nouvelles voitures blanches plus nombreuses....

Nouveau commentaire :